@migration

Enseigner, c’est créer des situations où l’autre peut apprendre

En s’appuyant sur le modèle IMAIP de Marcel Lebrun, on peut caractériser la situation d’apprentissage que l’on va proposer par quatre éléments fondamentaux : des ressources, des activités, des productions, des interactions. La motivation, cinquième pilier du modèle IMAIP, doit transparaître des autres et ne semble pas pouvoir être prise de façon dissociée. Nous verrons que cela se vérifie effectivement. A ces quatre éléments, il paraît important d’ajouter tous les aspects liés au suivi et à l’évaluation.

Il nous a semblé utile de caractériser ces éléments pour pouvoir ensuite repérer comment les actions menées par la DANE s’inscrivent dans cette logique.

Passons donc en revue chacun de ces pôles.

1 – Les ressources

Elles sont en partie internes (les savoirs et compétences déjà maîtrisées par l’élève), mais aussi externes, que ce soient des documents à exploiter ou toute personne de son entourage.

2 – Les activités

Elles peuvent se dérouler en classe ou hors classe, et la ‘mode’  de la classe inversée vient interroger cette répartition et la scénarisation pédagogique à mettre en place.

Elles doivent être adaptées à la diversité des élèves, ce qui nécessite d’envisager une certaine différenciation pour aider chacun à atteindre les objectifs fixés (la notion de ‘défi accessible’ est un de leviers de la motivation selon R. Viau).

Elles doivent être orientées vers l’acquisition de savoirs et le développement de compétences. Cela nécessite de les contextualiser pour leur donner du sens (autre levier de motivation). De même, il est important ensuite de décontextualiser ces activités pour en extraire les compétences travaillées, repérer les progrès de chacun et analyser comment transposer ces acquis dans d’autres situations. Des temps d’analyse réflexive vont permettre de répondre aux deux questions fondamentales : « qu’ai-je fait ? » et « qu’ai-je appris ? ». Pour boucler la boucle, il est nécessaire de recontextualiser les compétences travaillées dans d’autres situations ou contextes pour en faciliter (ou éprouver) l’appropriation. Cela rejoint l’experiential learning de D. Kolb et les champs conceptuels de G. Vergnaud qui proposent des approches relativement similaires dans un premier temps.

3 – Les productions

Les activités proposées doivent être orientées vers la réalisation de productions valorisantes qui sont considérées comme des chefs d’œuvre. Elles peuvent être individuelles ou collectives. L’aspect authentique et signifiant de ces productions est aussi un vecteur de motivation.

4 – Le suivi et l’évaluation

Il se structure à partir des documents institutionnels (programmes et référentiels) et s’appuie sur la capitalisation des chefs d’œuvre réalisées par chaque élève, par exemple dans un portfolio. Les rétroactions doivent être orientées vers l’apprentissage et peuvent émaner de l’enseignant, des pairs ou d’une personne extérieure à l’école (partenaire extérieur).

L’évaluation ne porte pas seulement sur la production finale mais aussi sur le processus mis en œuvre pour y arriver.

5 – Les interactions

Elles se déroulent ‘en continu’ dans la classe avec l’enseignant et les autres élèves mais sont aussi nombreuses en dehors de la classe avec, par exemple, la famille, les amis et même toute personne partenaire d’un projet. La richesse de ces interactions est un autre élément suscitant la motivation.

6 – Schématisation

On peut représenter cette approche par un schéma comme ci-dessous.

Et voici la signification des différentes flèches :

  • L’apprentissage se déroule en exploitant des ressources dans de activités menées pour produire un chef d’œuvre qui sera capitalisé comme une trace d’apprentissage.
  • La relecture (via une analyse réflexive) de l’ensemble du processus de réalisation permet de repérer les compétences développées et les savoirs acquis (qui deviennent de nouvelles ressources internes).
  • Les interactions se déroulent avec l’ensemble des personnes qui constituent l’entourage de l’élève.

Ce schéma peut ainsi être utilisé comme grille de lecture pour analyser un projet et voir comment il s’articule dans la facilitation de l’apprentissage. Il peut s’appliquer aussi bien en formation initiale qu’en formation continue, par exemple pour des enseignants ;-).

Crédit illustration : CC by-sa jackdub – DANE de Dijon http://dane.ac-dijon.fr/blog2017/wp-content/uploads/2017/03/Compétences-V2.png

10 réflexions au sujet de « Enseigner, c’est créer des situations où l’autre peut apprendre »

  1. J ‘apprécie le contenu de cet article ,sa lecture me rappelle ce qu’ a dit Jean jacques Rousseau “tout faire en faisant rien ”
    mais il n’y a pas que contextualisation et décontextualisation ,d’après Jaques tardif ,on ajoute pour que la boucle soit fermée le mot recontextualisation. ….

  2. C’est intéressant, mais glacial…il y a quand même une volonté de rendre tout cela un peu moins froid en faisant de la motivation un aspect transcendental du processus d’apprentissage.
    La motivation, le vrai moteur de ce processus complexe et multi-factoriel. La motivation nous oblige à rentrer dans les relations inter personnelles, à essayer de comprendre ce qui nous pousse à avancer. Sans relation, sans affect, et sans compréhension tant qu’on ne l’aura pas compris, il ne peut y avoir de processus d’apprentissage. Même si le schéma est beau…

  3. 3- Productions
    J’aime beaucoup l’idée du chef d’œuvre pour les productions. On ne valorise pas assez le travail de nos élèves. Nous sommes trop préoccupés par ce qui ne va pas. De plus la valorisation des travaux motive effectivement les apprenants.
    4- Suivi et évaluations
    La rétroaction est très importante. Pour ma part, je fais une colonne plus et une colonne moins quand j’évalue les travaux. Je commence aussi à fournir des objectifs pour les fois suivantes.

  4. Merci à chacun pour vos remarques, voici, tardivement (la pause estivale est passée par là) quelques éléments de réponse …
    @Menaa smail : effectivement, la recontextualisation a été ‘oubliée’ alors qu’elle est indispensable, l’erreur est corrigée directement dans l’article. Merci pour la lecture critique efficace.
    @Arnaud REGNIER : La motivation est, bien sûr, incontournable. Elle ne transparaît pas dans le schéma mais elle est relevée dans l’article à plusieurs paragraphes : contextualisation des activités, valorisation des productions et interactions riches et diversifiées. Elle ne se limite pas à ces quelques aspects et aurait toute sa place dans le schéma mais je ne sais pas comment la représenter. Je suis preneur de toute proposition 😉
    @Blanchon : Merci pour vos remarques sur l’évaluation et votre retour d’expérience.
    Bonne reprise à chacun et à bientôt !

  5. Merci pour cet article. L’utilité est aussi un moteur essentiel: tout étudiant doit comprendre pourquoi il fait telle ou telle activité, en quoi cette activité est tout d’abord utile pour apprendre. La différenciation peut alors intervenir. Un exemple:si je propose une grammaire en ligne à mes étudiants italophones avec la théorie et des exercices, chaque étudiant est invité à comprendre ce qui est utile ou non pour lui et à créer son parcours et son memento grammatical personnel sur papier. Inutile de faire tout le programme grammatical avec toute la classe: certains points sont utiles pour certains mais inutiles pour d’autres. Comme je le dis souvent “La meilleure grammaire, c’est la vôtre”, celle que vous avez cuisinée, écrite, lue et relue, digérée.

    1. Bonjour et merci pour votre contribution. Le sens des activités que l’on propose est effectivement primordial pour motiver et impliquer les élèves/étudiants. Et, comme vous le dites, l’appropriation personnelle des ressources permet de mieux ancrer les apprentissages par les liens signifiants qui sont réalisés pendant l’étape ‘intime’ de construction.
      Bonne continuation 😉

Répondre à Brigitte Noirhomme Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.