ÉvènementsInformationNational

Le numérique au service de la formation

Je suis intervenu lors d’une journée organisée par Innovergne et l’ARACT Auvergne – Rhône-Alpes sur “le numérique au service de la formation”. J’ai pris le parti de limiter la présentation à l’acte de formation, ce qui exclut tout ce qui touche aux aspects administratifs, financiers, d’appels d’offre, etc. qui sont, eux aussi, très impactés par le numérique mais pas spécifiques au monde de la formation. Après un panorama rapide de quelques évolutions technologiques marquantes, nous verrons comment celles-ci impactent l’acte de formation. Nous prendrons ensuite un regard distancié sur ces évolutions pour en tirer quelques recommandations sur l’usage pertinent du numérique dans ce contexte.

1 – Des évolutions marquantes

  • Le smartphone nous fait entrer dans un monde où nous avons accès aux informations et à nos amis – grâce aux réseaux sociaux numériques – en permanence et de façon instantanée. Il nous sert aussi de ‘mémoire complémentaire’ pour conserver une trace de l’émotion vécue dans l’instant.
  • On vit dans un monde de données que l’on partage plus ou moins consciemment. La validité des informations issues de ces données est parfois compliquée à valider (retouche d’image, date et lieux des clichés, …). Cela interroge la notion de confiance.
  • La 3D se développe, aussi bien au niveau des images que de l’impression. On peut prototyper des pièces complexes rapidement et pour un coût dérisoire comme créer des images pour montrer des phénomènes inaccessibles autrement.
  • La réalité augmentée permet d’enrichir le monde de données ou d’informations complémentaires tandis que la réalité virtuelle offre la possibilité de créer un monde à façon.
  • L’intelligence artificielle permet de traiter de plus en plus de données complexes pour prendre des décisions instantanées.

2 – Quel impact pour le monde de la formation ?

Ces évolutions peuvent se décliner dans 3 directions :

  1. L’individualisation automatique du parcours d’apprentissage en s’appuyant sur l’analyse en continu des traces et productions de chaque stagiaire. Cette approche est adoptée, en France, par le projet Voltaire et par Knewton aux Etats-Unis. Les investissements nécessaires pour construire le moteur sont (très) conséquents. Pour l’instant, cette démarche est adaptée pour des connaissances et des savoir-faire mécaniques (l’orthographe, par exemple) mais pas pour des compétences complexes (individualisation : prise en compte de l’aspect unique de chaque apprenant).
  2. La massification de l’enseignement en diffusant des vidéos (format parfaitement adapté à la lecture sur smartphone) et en comptant sur les interactions sociales pour motiver, aider, guider, accompagner chaque participant.
  3. La proposition d’expériences d’apprentissages signifiantes. Cela peut s’envisager en s’appuyant sur la réalité virtuelle pour créer des espaces de simulations semblables au contexte professionnel pour apprendre ou développer des gestes. De même, le développement des tiers lieux – ‘lab’ en tout genre, qu’ils soient fab, learning, school ou edu, barcamp et explorcamp, etc. – Ils s’appuient sur une approche collective, dans lieu de création autour de projets initiés par des membres de la communauté. Quelle que soit l’approche, l’apprentissage se déroule dans un contexte qui a du sens pour chaque participant.

3 – Que penser de ces propositions ?

Les deux premières peuvent se décliner en ligne et à distance. Il est alors essentiel de se souvenir que dans ces conditions, l’apprenant est confronté à des difficultés : isolement, problèmes techniques, incompréhension des consignes, procrastination, … La troisième proposition offre une alternative complémentaire intéressante par le cadre géographique, temporel et le ‘temps social’ – très souvent recherché en formation – qu’elle propose.

Dans toute formation, il doit avoir une cohérence entre les activités proposées, les objectifs visés et l’évaluation des connaissances et compétences développées (cf. causerie de C. Batier et M. Lebrun sur l’alignement pédagogique). Cela est particulièrement vrai pour les adultes qui sont orientés objectifs : ils attendent d’une formation qu’elle réponde à un besoin précis ou permette de résoudre un problème identifié. Vouloir développer des compétences induit que l’apprenant doit être acteur de sa formation, que ce soit par des mises en situations ou des outils de simulation, par la production de connaissances, seul ou en groupe, et pourquoi pas multimédia : le smartphone est un lecteur/enregistreur universel ! Le numérique permet ainsi de diversifier la palette des possibles pour impliquer chaque participant dans sa formation.

Le parcours professionnel de chaque actif est de plus en plus complexes, chaque activité (implication bénévole, recherche d’emploi, contribution à un projet, …) est source d’apprentissages et il est important, dans ce contexte, que chacun puisse être auteur de sa formation (cf. intervention de P.Carré) : choisir dans quel sens évoluer (auto-direction), évaluer ses besoins (auto-évaluation), en fonction des ses aspirations (auto-motivation). Le projet ‘Musette numérique de l’actif’ apporte une piste de réponse à ce défi en s’appuyant sur :

  • Le self-data, par l’exploitation par chacun des données numériques qu’il génère ;
  • La réflexivité dans un objectif de connaissance de soi et de bien-être ;
  • La valorisation des compétences et réalisations ;
  • La collaboration en entrant dans une logique communautaire.

Le projet ‘Musette numérique de l’actif’ est né de la volonté d’apporter aux individus la réflexivité nécessaire à une meilleure construction de leur trajectoire, en renforçant leurs capacités d’analyse, d’anticipation et de rebond.

Ce projet n’est pas encore concrétisé mais la proposition est intéressante et les 2/3 des fonctionnalités présentées existent déjà.

Pour soutenir cette rapide présentation, j’ai projeté ce diaporama, vous y retrouverez illustrés les éléments relatés ci-dessus.

Crédit photo : CC0 https://pixabay.com/fr/sacoche-sac-la-mode-925459/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.