AcadémiqueAccompagnerContenu pédagogiqueressource

Pourquoi utiliser le numérique dans l’enseignement des lettres ?(1/3)

Comme l’ont démontré Franck Amadieu et André Tricot dans leur ouvrage intitulé Apprendre avec le numérique[1], celui-ci n’a rien d’une baguette magique pédagogique. Cependant, le développement de ce qu’on appelait encore naguère « les nouvelles technologies » et la massification de leurs usages, particulièrement chez les adolescents, intéressent au premier plan le professeur de lettres : outils de production et de réception de messages sous des formes multiples, ces technologies mettent en jeu de nombreuses compétences, parfois nouvelles, de lecture, de compréhension et d’expression ; outils de communication et d’information, elles entrent dans le champ de l’Education aux Médias et à l’information et du parcours citoyen. La capacité à appréhender la littératie numérique est ainsi devenue un enjeu social, professionnel et civique, c’est pourquoi elle est désormais inscrite aussi bien dans le Socle Commun de Compétences, de Connaissances et de Culture que dans les programmes de lettres de collège et de lycée.

C’est animée par cette approche nuancée du numérique qu’une quinzaine de professeurs enseignant les lettres ou les Langues et Cultures de l’Antiquité dans des collèges et des lycées des quatre départements de notre académie, ont, dans le cadre national des Travaux Académiques Mutualisés (TraAM), produit au cours des quatre dernières années une cinquantaine de scénarios pédagogiques : leur objet est de présenter, dans une démarche critique, des activités utilisant les Technologies de l’Information et de la Communication effectivement mises en œuvre dans les classes en valorisant les apports du numérique sans en cacher les éventuels inconvénients. L’ensemble des scénarios produits dans le cadre des TraAM peut être consulté sur le site lettres de l’académie de Dijon. Ils y sont classés par domaines de compétences (lire, dire, écrire…) ; en voici une autre présentation (non exhaustive) structurée d’une part à partir des grandes caractéristiques de l’écriture numérique, telles qu’elles ont été identifiées par Serge Bouchardon[2], d’autre part, à partir de quelques axes du projet académique.

Exploiter la richesse du multimédia

Les outils numériques (PC, tablettes, smartphones…) permettent de manière très commode d’enregistrer, de stocker et de partager, outre les textes, les images et les sons[3].

 

Utiliser les sons

L’utilisation par exemple d’un outil aussi simple et courant que le magnétophone Windows associé à un micro-casque permet de faire travailler aux élèves, de manière explicite, de nombreuses compétences orales (relatives à la lecture, la diction, la récitation, l’exposé…) en leur donnant la possibilité de s’auto-évaluer ou de se co-évaluer par l’écoute de leurs propres enregistrements ou de ceux de leurs camarades ; sans exclure bien sûr les prestations orales présentées devant toute la classe qui mettent en jeu la posture de l’orateur et la prise en compte de l’auditoire, le travail oral avec enregistrement numérique offre un cadre rassurant aux élèves  et leur permet en s’écoutant, de prendre conscience de leurs difficultés et de leur progrès ; il donne également au professeur la possibilité de multiplier les exercices oraux en gagnant un temps considérable puisque tous les élèves peuvent les pratiquer de manière simultanée. D’autre part, l’accès aux audiothèques[4] disponibles sur Internet ou la production d’enregistrements par le professeur lui-même sont des ressources utiles pour le travail de l’écoute ou pour accompagner les élèves dans leur lecture, notamment quand ils ont des difficultés particulières avec l’écrit.

Quelques exemples de scénarios pédagogiques utilisant l’enregistrement audio :

Ecouter, écrire et lire à haute voix en 6ème avec www.litteratureaudio.com, Audacity et Didapages

Enregistrer une courte émission radiophonique sur le lexique, en accompagnement personnalisé sixième

Lire, traduire et enregistrer des recettes romaines au format audio en cinquième

Réaliser l’audioguide du Musée d’Orsay avec des outils numériques simples en quatrième

Construire un exposé sur la propagande impériale à l’aide d’Images actives en classe de 3ème

Commenter L’Utopie de Thomas More en 1ère à l’aide d’une plate-forme de publication en ligne

Utiliser les images fixes

Internet donne désormais accès à une iconographie mondiale et permet ainsi de travailler à partir d’images de qualité, notamment grâce aux ressources mises en ligne par de nombreux musées dans le domaine de l’art, par exemple via le portail Eduthèque[5]. Ces ressources peuvent être utilisées non seulement dans des activités de lecture de l’image, éventuellement à l’aide de logiciels spécifiques permettant de les annoter, mais aussi pour étayer la compréhension des élèves en leur donnant à voir des référents dont ils n’ont pas connaissance, ou encore comme supports d’activités d’écriture permettant de nourrir leur imaginaire. Les images numériques et les logiciels qui permettent de les traiter peuvent également être mobilisés dans des productions réalisées par les élèves eux-mêmes : diaporamas supports d’exposés oraux, magazines faisant dialoguer différentes disciplines artistiques, animation et sonorisation de portraits grâce à des applications spécifiques, cartes géographiques permettant d’identifier les différents lieux d’un récit, construction d’images en 3D à partir d’une description…

Quelques exemples de scénarios pédagogiques utilisant des images :

Lire des images en les annotant à l’aide d’un service en ligne dans une séquence au collège

Produire un diaporama en 6ème pour raconter le jugement de Pâris à l’oral et à l’écrit

Reconstituer le voyage d’Enée en classe de 5ème grâce à un éditeur de cartes numériques

Créer une revue de nouvelles réalistes de Maupassant à l’aide d’un traitement de texte en classe de 4ème

Conduire en 4ème, grâce aux TICE, une séquence consacrée aux grandes figures de la République romaine

Reconstituer virtuellement un édifice décrit par les textes anciens : César bâtisseur

Réaliser l’interview oralisée d’un empereur romain à l’aide d’un logiciel d’animation d’image

Utiliser la vidéo

Tout comme les images fixes, les vidéos peuvent enrichir l’enseignement des lettres pour conduire des activités d’analyse ou d’expression, par exemple à travers l’étude du traitement vidéo d’une information, à travers la lecture comparée d’un récit et de son adaptation cinématographique ou à travers celle de différentes mises en scène d’un même extrait de théâtre[6]. D’autre part, l’utilisation d’un enregistreur vidéo, d’une tablette ou d’un smartphone pour capter les prestations orales des élèves (récitations, exposés, mises en scène, débats…) peut en faciliter l’évaluation et leur permettre de porter un regard critique sur leur propre travail. Ces outils peuvent même être utilisés pour conduire un projet au long cours débouchant sur la réalisation de films par la classe, qu’il s’agisse de mettre en scène un texte existant, de rédiger et réaliser l’adaptation d’un récit, ou de créer une œuvre ex nihilo. Le professeur quant à lui peut également avoir recours à des capsules vidéo qu’elles soient disponibles sur internet[7] ou qu’il les crée[8] (en visant toujours la concision et la simplicité) : par exemple pour permettre aux élèves de réviser en amont du cours une notion dont la maîtrise est un pré-requis à l’activité qu’il souhaite mettre en œuvre ou pour pré-activer leur curiosité dans une démarche de classe inversée ; ou encore, dans un objectif de différenciation, pour proposer aux élèves plusieurs formes de représentation d’une information.

Quelques exemples de scénarios pédagogiques utilisant la vidéo :

Réaliser un film avec des smartphones en classe de sixième

Faire dialoguer à l’aide des TICE, en français et en latin, un jeune Romain antique et un jeune Français moderne

Réaliser l’adaptation vidéo d’une nouvelle en classe de quatrième

Réaliser un film court pour adapter un récit littéraire porteur de valeurs en classe de Seconde

Conduire des lycéens à réaliser un Journal Télévisé à l’époque romaine

 

 

[1] Apprendre avec le numérique, Franck Amadieu, André Tricot, RETZ, 2014

[2] Voir par exemple sa conférence donnée en 2015 à l’atelier Canopé d’Orleans.

[3] L’utilisation de ces ressources doit respecter le cadre légal relatif notamment au droit d’auteur.

[4] Par exemple, Littérature audio.com ou AudiOcité.

[5] Outre les ressources muséographiques, on peut puiser dans les banques d’images libres de droit ou sous licence Creative commons, disponibles en ligne : le site documentation de l’académie de Rouen en recense un certain nombre.

[6] On pourra là encore puiser par exemple dans les ressources mises à disposition des professeurs par Eduthèque.

[7] Par exemple sur cette espace partagé par des professeurs de lettres.

[8] Cette mediafiche de l’académie de Créteil propose des conseils et des outils pour créer des capsules vidéo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.