AcadémiqueProjets pédagogiques

Pourquoi utiliser le numérique dans l’enseignement des lettres ? (3/3)

Cet article poursuit la présentation de quelques usages du numérique en lettres en l’illustrant des scénarios produits au cours des dernières années, dans le cadre du dispositif national des Travaux Académiques Mutualisés (TraAM), par une quinzaine de professeurs de lettres et de Langues et Cultures de l’Antiquité de l’académie de Dijon. Il fait suite à deux articles, le premier regroupant des scénarios pédagogiques dans lesquels le numérique permet d’exploiter la richesse du multimédia, le deuxième présentant des activités qui utilisent la dimension dynamique, interactive et collaborative du numérique.

Construire une communauté apprenante

L’utilisation d’espaces  (sites de classes, applications en ligne)  et de supports (PC ou tablettes) numériques facilite la mise à disposition de la classe de ressources diversifiées et multimodales ; le professeur peut les utiliser pour adapter l’accompagnement qu’il apporte aux élèves et développer leur autonomie, pour différencier son enseignement et pour fédérer les activités de la classe dans une dynamique de projet : l’usage du numérique contribue ainsi à la construction d’une communauté apprenante.

Développer l’autonomie et apprendre à apprendre

Tôt ou tard au cours de sa scolarité, tout élève du XXIème siècle se voit intimer la consigne de « faire une recherche sur internet » sans même parfois – trop souvent ?  – qu’on lui ait expliqué comment s’y prendre. Indubitablement, l’Education aux Médias et à l’Information, qui relève entre autres de la responsabilité du professeur de lettres, contribue donc au développement de l’autonomie des élèves en les prévenant de la « prolétarisation des esprits », pour reprendre l’expression de Bernard Stiegler, à laquelle les expose l’environnement numérique. Apprendre à rechercher, à évaluer, à trier les informations et à gérer l’abondance des biens communs disponibles sur le World Wide Web, c’est acquérir une compétence primordiale pour devenir un esprit, un étudiant et un citoyen, pleinement émancipés.

Développer l’autonomie des élèves, c’est aussi leur apprendre à apprendre : le professeur peut alors utiliser le numérique pour concevoir des outils méthodologiques, par exemple à l’aide d’un logiciel de cartes mentales pour leur enseigner l’analyse des sujets de dissertation ; il peut aussi conduire les élèves à produire eux-mêmes ces outils, qu’il s’agisse de supports visuels pour la classe ou d’un mémento grammatical numérique évolutif par exemple.

Exemples de scénarios visant à développer l’autonomie des élèves

Exercer un regard critique sur les résultats d’une recherche documentaire sur internet

S’entraîner à analyser des sujets de dissertation à l’aide d’une carte heuristique

Conduire des collégiens à créer des supports visuels pour le cours de latin à l’aide d’un logiciel de diaporama

Créer un mémento grammatical portatif et évolutif pour tablettes et smartphones

Élaborer un jeu de reconnaissance des dieux à partir de photos-mystères en 5ème

 

Adapter l’accompagnement et différencier son enseignement

En permettant de diffuser instantanément et simultanément des ressources diversifiées et multimodales au sein de la classe, le numérique facilite l’organisation de tâches collaboratives contribuant à mettre les élèves en activité dans le cadre de travaux en groupe. Le rôle du professeur peut s’en trouver alors déplacé : ayant constitué, en amont du cours, des dossiers de travail éventuellement différenciés (consignes, parcours d’activités, ressources…), il peut les mettre à disposition de la classe au début de la séance, et consacrer son énergie à circuler parmi les groupes de travail – pour les accompagner, les stimuler ou les guider ; il a ainsi la possibilité de construire un rapport plus horizontal avec les élèves que dans une relation frontale – souvent caricaturée, il est vrai – où il peut apparaître parfois comme le détenteur d’un savoir délivré sur un mode purement transmissif.

L’usage d’un environnement numérique peut donc nourrir la réflexion de l’enseignant sur sa posture, sur sa place parmi les élèves, sur l’espace et l’ergonomie de la salle, sur les possibilités de graduer l’étayage apporté aux activités organisées dans la classe. Il peut ainsi contribuer à la mise en œuvre de la différenciation pédagogique : qu’elle soit simultanée lorsque le professeur utilise la variété des supports numériques pour organiser l’activité collective de la classe ; ou qu’elle soit successive lorsque l’enseignant diversifie les tâches données aux élèves et les ressources dont ils bénéficient pour les réaliser.

Exemples de scénarios organisant les activités des élèves selon des modalités diversifiées

Travailler en îlots autonomes en LCA dans un environnement numérique

Enseigner la lecture analytique en 3ème avec une tablette numérique

Qui sont les chevaliers, ces héros du Moyen Age ?

« La fabrique de la lecture » : lire, comprendre et analyser le texte littéraire

 

Fédérer les activités dans une dynamique de projet 

Parce qu’ils permettent la consultation, la  production, la mémorisation et la communication de contenus multimédias, parce qu’ils facilitent l’organisation de collaborations pendant et au-delà du cours, parce qu’ils peuvent permettre de renforcer le lien entre le travail collectif produit dans le temps scolaire et le travail personnel des élèves hors de la classe, les outils numériques peuvent être utilisés pour organiser des activités de longue haleine, éventuellement interdisciplinaires, ayant pour objectif des productions individuelles ou collectives dans une dynamique de projet.

Mais, comme on aura pu le constater au fil de ces trois articles présentant des usages possibles du numérique en lettres,  celui-ci peut aussi, au cours d’une séquence, n’avoir qu’un rôle ponctuel et accessoire, et son utilisation n’implique nullement de s’engager dans un projet long et lourd à gérer qui nécessiterait des compétences et un investissement particuliers du professeur.  Les usages du numérique au sein de classe, de français ou de LCA, peuvent donc être multiples : c’est à l’enseignant d’évaluer si leur apport est fructueux  pour les activités qu’il conduit et pour les apprentissages de ses élèves dans sa discipline.

Exemples de scénarios utilisant le numérique dans une démarche de projet

Ecrire et interpréter une pièce de théâtre au collège grâce aux TICE

EPI LCA : Elaborer une exposition numérique collaborative sur la représentation du renard en littérature de l’Antiquité au Moyen-Âge en classe de 5ème

Préparer sa visite scolaire au Vatican et à Rome

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.