AccompagnerInformationNational

Quand le ‘numérique’ s’invite à l’agrégation

Le sujet d’agrégation interne de SVT de cette année (2019) posait (entre autre) la question suivante : “Expliquez en vingt lignes au maximum les enjeux de l’usage du numérique dans l’enseignement des sciences de la vie et de la Terre. Précisez comment il participe à la formation du citoyen responsable du 21ème siècle.”

L’occasion était trop belle ! Voici donc une proposition d’éléments de réponse transdisciplinaire (n’étant pas spécialiste des SVT), construite en temps limité pour respecter jusqu’au bout le cahier des charges. Il ne vous reste qu’à illustrer le propos avec quelques exemples de votre discipline…

1 – La réponse proposée

L’usage du numérique dans l’enseignement permet de répondre à un double enjeu.

D’une part, l’apprentissage disciplinaire peut être facilité par l’usage d’outils informatiques pour différencier les démarches et stratégies d’apprentissage. L’utilisation de différents formats de ressources, de productions et donc d’activités, permet d’une part de rendre accessible l’enseignement à tous les élèves et peut faciliter l’appropriation des notions par chacun. De même, les outils informatiques et internet (notamment des ENT) ouvrent la classe sur d’autres modalités et espaces/temps d’apprentissage, comme par exemple dans une logique de classe inversée. Enfin, le travail sur des données réelles et actuelles, voire captées par les élèves, est un facteur qui tend à augmenter l’engagement et la persévérance de ces derniers.

D’autre part, l’usage des outils informatiques permet de développer la culture numérique des élèves et de former des citoyens responsables dans trois directions. Un tel enseignement permet tout d’abord de développer les compétences spécifiques de codage et de traitement de données. Mais ces compétences ne se suffisent pas à elles-mêmes ; notre enseignement cherche aussi à développer une réelle culture numérique qui s’appuie sur un esprit critique (qui se développera tout au long de la vie) et des connaissances sociales, éthiques mais aussi légales, relatives, entre autre, aux données, à la propriété intellectuelle. Enfin, l’enseignement de SVT permet de développer des modalités de travail plus en horizontalité, recherchées dans le monde du travail : collaboration, partage, publication en ligne, apprendre à apprendre, …

2 – Numérique et informatique

Il y a une confusion courante assimilant tout ce qui s’appuie sur des ‘nouvelles technologies’ à du numérique. Nous pensons à la DANE de Dijon, après avoir lu des articles de recherche que le numérique est un fait total. A ce titre, nous parlons de ‘culture numérique’ . Dans la réponse proposée, nous parlons de l’usage d’outils informatiques qui regroupe PC, tablettes, smartphones, pour ce qui est des matériels personnels mais aussi les différents services en ligne et logiciels. Cette relation entre technologie et culture numérique a déjà été présentée sur ce blog et synthétisé dans le schéma ci-dessous. Marcello Vitali-Rosati le présente très bien dans son article Le « numérique », une notion qui ne veut rien dire en affirmant : “Nous parlons de plus en plus de « numérique » en substantivant un adjectif qui – initialement – comporte une signification technique précise et qui devient désormais davantage un phénomène culturel qu’une notion liée à des outils technologiques particuliers”.

3 – Engagement et la persévérance

Il est essentiel d’intégrer que l’usage d’outils informatiques ne garantit pas l’engagement et la persévérance des élèves. Cela peut avoir un côté ‘nouveau’ qui plaît bien mais ne suffit pas dans la durée. Ce sont bien les usages que l’on fait de ces outils avec les élèves qui vont augmenter l’engagement et la persévérance. C’est parce que l’on peut avoir accès à des données réelles et actuelles, accessibles en ligne, que les élèves vont trouver du sens à l’étude des phénomènes qu’ils soient scientifiques, sociétaux ou économiques. De même, la publication en ligne a un pouvoir stimulant et élève le niveau d’exigence sur la production des élèves qui acceptent l’enjeu assez volontiers.

4 – Les piliers du numérique éducatif

Les habitués de ce blog auront repéré que la réponse reprend de façon textuelle les piliers du numérique éducatif (présentés ici) schématisés ci-dessous. Effectivement, il n’y a rien de neuf dans ce texte. Cela montre simplement l’intérêt de documenter son travail au fil de l’eau pour pour pouvoir le réutiliser, sur commande, quand la situation le nécessite. (Vous remarquerez qu’il y a quand même une nouveauté dans la présentation des piliers qui sont beaucoup plus lisibles …)

5 – En conclusion

C’est, à ma connaissance, la première fois que cette question est posée dans un tel sujet de concours. Cela donne un signal clair de l’urgence d‘impliquer tous les enseignants dans la formation des citoyens responsable du 21ème siècle. En effet, vous pouvez remplacer l’expression ‘sciences de la vie et de la Terre’ par n’importe quelle autre discipline et le sujet reste toujours aussi pertinent. Et la réponse restera toujours  à peu près la même …

En vous souhaitant un bel été, reposant et ressourçant !

Une réflexion au sujet de « Quand le ‘numérique’ s’invite à l’agrégation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.