Accueil  >  Innover > Les différents usages du numérique dans l’accompagnement pédagogique des élèves gravement malades

Rubrique Outils et dispositifs numériques innovants

Les différents usages du numérique dans l’accompagnement pédagogique des élèves gravement malades

Le 23 octobre 2015 - Bruno

Depuis plus de 20 ans, les élèves exclus de l’école pour des raisons de santé peuvent bénéficier de cours à domicile donnés par des professeurs durant leur temps d’absence.
Il était donc devenu indispensable de trouver de nouvelles continuités scolaires et sociales pour que l’éloignement physique ne transforme pas la déscolarisation temporaire en décrochage puis en échec et l’isolement en désocialisation.

Les différents usages du numérique dans l’accompagnement pédagogique des élèves gravement malades

Depuis plus de 20 ans, les élèves exclus de l’école pour des raisons de santé peuvent bénéficier de cours à domicile donnés par des professeurs durant leur temps d’absence. Ce dispositif, coordonné par les SAPAD (Service d’Assistance Pédagogique à Domicile), repose historiquement sur la présence à domicile du ou des professeurs de l’élève malade. Car, outre la question des apprentissages qui se font dans le cadre favorable des cours particuliers, celle du « ressort » que provoque le déplacement du professionnel dans la sphère privée du jeune qui souffre et qui est isolé, constitue le socle de ce service.

Force nous a été de constater que pour nombre de situations, cette forme de prise en charge pouvait être rendue peu efficace : certains élèves malades étant contraints à des allers-retours fréquents hôpital/domicile (sans compter les temps en centres de soins et de rééducation), ce nomadisme subi contribue au délitement des liens avec l’école qui peut finir par considérer que ce n’est plus de son ressort.
Il était donc devenu indispensable de trouver de nouvelles continuités scolaires et sociales pour que l’éloignement physique ne transforme pas la déscolarisation temporaire en décrochage puis en échec et l’isolement en désocialisation.

Depuis plus de 10 ans que l’académie de Dijon utilisait la visioconférence dans des opérations pédagogiques exceptionnelles, la pertinence de son usage pour contribuer à l’amélioration des réponses dans le cadre du SAPAD s’est évidemment posée.

Mais pourrait-on abolir les obstacles liés aux questions de distance et de temporalité ?
Et pourrait-on inciter des professeurs à ouvrir une « fenêtre » sur l’espace clos de la classe ?

Etat des lieux des usages du numérique dans l’accompagnement des élèves malades

Deux modes ont été mis en œuvre parfois alternativement : le mode synchrone (en direct) et le mode asynchrone (en différé)

• Le mode asynchrone dans le cadre des environnements numériques de travail
Les professeurs mettent à disposition des traces écrites via l’ENT (Environnement numérique de travail) Liberscol*.
Ce mode permet un lien indirect entre l’élève et ses professeurs qui s’en saisissent souvent comme d’un cahier de texte numérique. L’élève et sa famille sont informés des points du programme abordés en classe.
Ce mode est acceptable pour des absences de courte durée avec des élèves qui savent être autonomes face au travail scolaire.

• Le mode synchrone dans le cadre d’un cours particulier en visioconférence via internet sécurisé
Le professeur donne un cours en direct par visioconférence. Il est une alternative à sa venue à domicile (en périodes d’aplasie par exemple). Ce mode permet un lien avec l’établissement et les professeurs. Les apprentissages se font dans le cadre d’une pédagogie personnalisée. Le dialogue, le questionnement, le retour sur ce qui fait obstacle à l’apprentissage sont possibles.
Ce mode est pertinent pour des absences de longue durée.

• Le mode synchrone dans le cadre du cours prévu à l’emploi du temps (cours collectif en visioconférence via internet sécurisé)

Le cours est donné en direct par le professeur depuis une classe équipée de l’établissement. Depuis son domicile, l’élève peut participer au cours et à la vie de classe. Les documents de cours peuvent être partagés en direct.
Ce dispositif est encore peu répandu. Il nécessite des contraintes techniques Qui ne permettent pas de le généraliser à tous les cours . Des résistances professionnelles subsistent.
Ce mode est pertinent pour des absences de longue durée. Mais il doit être associé à des cours individuels.

• Le mode asynchrone dans le cadre de cours enregistrés par les professeurs et accessibles de façon sécurisée et cryptée

Le cours est donné par le professeur depuis une classe équipée, malgré l’incapacité de l’élève à y participer en direct (son état de santé, au moment même du cours, l’empêche d’être disponible). Le professeur enregistre tout ou partie du cours, que l’élève visionnera à un moment où il sera disponible pour les apprentissages. L’accès au cours peut-être verrouillé au seul destinataire. Les documents utilisés dans le cours peuvent être partagés.
Ce mode est pertinent dans le cas de pathologies très douloureuses, d’indisponibilité des élèves liées aux effets secondaires des traitements (cela permet de prendre aussi en compte l’altération des facultés de concentration et de mémorisation). L’élève peut visionner le cours en plusieurs fois et y revenir. Dispositif souple qui permet à l’élève de s’approprier les cours à son rythme.

• Le mode synchrone dans le cadre du maintien du lien social (dialogues avec des élèves de la classe ou avec toute autre personne de l’établissement scolaire en visioconférence via internet sécurisé)
Il ne s’agit pas d’un cours ; cela peut aller du rendez-vous avec des camarades de classe dans des temps de récréation à un entretien avec un conseiller d’orientation par exemple.
Ce mode est indispensable pour des absences de longue durée dans des situations d’isolement médical (éloignement du domicile, centre de rééducation, chambre stérile…)

Georgia : Une situation emblématique

Georgia est en CE2 quand elle doit subir une greffe délicate. Son absence débute le 20/10/2013. Son enseignant, dès son absence, maintient un lien avec elle et avec sa famille.
Jusqu’en décembre 2013, Georgia est hospitalisée et prise en charge par une enseignante au sein du CHU mais le lien avec la vie de classe est préservé. Des échanges ont lieu entre l’enseignante de l’hôpital et l’enseignant de la classe. Elle fait les mêmes exercices que ses camarades.
À son retour au domicile, et pendant tout le 2ème trimestre, son enseignant vient quotidiennement prendre de ses nouvelles. Il lui donne des cours particuliers, dans le cadre du SAPAD.
Au cours du 3ème trimestre, Georgia est en mesure de suivre des cours par visioconférence. La seule restriction est qu’elle n’est pas visible par ses camarades, en raison des effets secondaires du traitement, qui modifient son aspect physique. Il est convenu que c’est à sa demande, que son image sera rétablie côté classe. Les 3 heures de cours particuliers hebdomadaires sont maintenues. Progressivement, le mode synchrone devient possible pour la majeure partie des cours.
Georgia passe en CM1 en septembre 2014. Mais les médecins ne l’autorisent pas à retourner en classe. Il faut donc envisager la visioconférence en mode synchrone dès la rentrée et ce au moins pour 6 mois encore.
Après une négociation avec l’enseignante de CM1 dont il a fallu lever les inquiétudes et réticences, Georgia suit ses cours par visioconférence. Enfin, les médecins l’autorisent à retourner physiquement en classe. Le matériel est laissé en place en cas de besoin.
Georgia passe en CM2 en septembre 2015. Malgré les 18 mois d’absence (son année de CE2 et la moitié de son CM1), elle peut l’aborder en toute confiance.

A chaque stade de l’évolution de son état de santé et malgré ses absences, Georgia est restée présente pour ses camarades et son enseignant. Les modalités d’accompagnement ont été ajustées. L’école, le SAPAD et les services de la délégation à l’action numérique du rectorat ont avancé de façon coordonnée avec la famille, pour maintenir le plus possible la scolarisation de Georgia. Quand la visioconférence a été mise en place, Georgia n’avait pas « décroché » des apprentissages et n’a pas été en difficulté lors de ses premières « immersions » dans son groupe classe via la visioconférence. Elle pouvait poursuivre ses apprentissages au milieu et en interactions avec ses pairs ayant vite retrouvé sa place.

Les conditions pour une préconisation d’un usage réussi du numérique

Sur les plans technique et organisationnel
-  Nécessité d’une liaison internet fluide avec un équipement correct dans la famille, l’établissement scolaire et l’établissement de soin
-  Nécessité d’un relais fiable au sein de l’établissement scolaire
-  Nécessité d’une assistance des services de la DANE*, immédiate, permanente et parfaitement coordonnée avec et par le SAPAD

Sur les plans pédagogique et humain
-  Nécessité d’un portage du projet par l’équipe de direction et implication des personnels éducatifs et enseignants
-  Nécessité d’information et de formation de l’équipe enseignante tant sur les usages technologiques que sur les spécificités des pathologies qui peuvent entraîner une irrégularité dans l’assiduité et la disponibilité de l’élève malade
-  Nécessité de modifier les cadres traditionnels du cours avec un recentrage sur les voies et moyens de faire réussir CET élève :
en acceptant l’idée de conserver les mêmes objectifs d’apprentissages que ses camarades alors que le programme ne pourra être fait in extenso,
en acceptant l’idée que l’élève malade doit pouvoir progresser et voir ses acquisitions validées malgré le caractère « hors cadre » des conditions de travail,
en acceptant l’idée de laisser ouverte sa « salle de classe » à un élève qui se connectera quand il le pourra, en fonction de son état de santé.

Crédits Typo
Ces innovations qui ouvrent des perspectives pour les élèves malades

Un robot de télé-présence au service de l’élève malade
Le projet R-ubiq est un projet éducatif, pédagogique, innovant et industriel dans le cadre d’un partenariat public (Education Nationale/Recherche) – privé (entreprises/fondation).
Il a vocation à lever des obstacles à la réussite des élèves exclus de l’école pour des raisons de santé en repoussant les limites qu’impose encore la visioconférence classique :

Mobile, il se déplace de classe en classe, va en récréation, dans les salles spécialisées ou les ateliers dans l’enseignement professionnel ;
Souple, il permet au jeune malade d’être présent en cours en temps réel ou en différé s’il est indisponible (à des moments où la priorité est aux soins) ;
Innovant, sur le plan technologique, il permet à l’élève de bénéficier d’un confort visuel et auditif.

http://dane.ac-dijon.fr/spip.php?article438#438

L’émergence des technologies de l’information et de la robotique sociale crée une formidable opportunité pour le maintien du lien social des enfants gravement malades ; toutefois, comme pour toute expérimentation, des questions éthiques se posent qui ne doivent pas être éludées sous prétexte d’innovation. Elles feront donc l’objet d’une consultation élargie des usagers et des professionnels.

Frédérique SAURET
Coordonnatrice du SAPAD de Saône et Loire
Bruno LAPETITE
Ingénieur Réseaux Télécoms DANE Rectorat de Dijon
Article paru dans la revue de Santé Scolaire et Universitaire


SAPAD* Service d’Assistance Pédagogique à Domicile :
Gratuit pour les familles, c’est un service rendu par convention par l’Education Nationale et la Fédération générale des PEP pour assurer la continuité scolaire de tout élève gravement malade ou accidenté, scolarisé dans une école, un collège, un lycée, public ou privé sous contrat.
Ce service existe quasiment dans chaque département, avec à sa tête un coordonnateur issu de l’éducation nationale.
Une convention équivalente relie le Ministère de l’Agriculture aux PEP, qui permet de rendre les mêmes services dans ses établissements scolaires.
http://typolemag.info/sapad-et-lecole-continue/
http://www.pep71.org/
http://www.bienpublic.com/cote-d-or/2014/05/24/un-robot-avatar-bourgui-gnon-a-l-ecole

DANE* Délégation Académique au Numérique Educatif
La délégation académique au numérique éducatif comprend 11 personnes spécialistes de l’ingénierie pédagogique dont le rôle est d’accompagner, piloter et former les équipes enseignantes au numérique éducatif.
http://dane.ac-dijon.fr/

LIBERSCOL* Environnement numérique de travail de l’académie de Dijon
http://www.tetra-informatique.com/education/ent-liberscol/